Sarez Travel
Journey to the sleeping dragon!
En Fr Ru

Contacts
Phone:
+992 (93) 557 59 03
E-mail:
info@sarez.travel
736000, Republic of Tajikistan, GBAO, Bartang valley
the village Barchidif
Login:
Password:

(What's this?)
Weather
Photogallery
IMG_0636.JPG
Attendance
html counter

Pamir

Le Pamir, unique et majestueux, est l’une des plus célèbres régions d’altitude au monde avec des sommets dépassant les 7000m au dessus du niveau de la mer, dite “Le toit du Monde”. De nombreux scientifiques et chercheurs célèbres ont classé le Pamir comme une région de merveilleux contrastes, un puzzle historique, géographique et ethnique complexe.

Au XIIème  siècle, le voyageur vénitien Marco Polo, premier voyageur européen, traversa le Pamir. Beaucoup de chercheurs qui ont étudié le Pamir à différentes époques ont conclu que le Pamir a été traversé par les routes les plus importantes et les plus fréquentées durant les périodes antiques et médiévales. Des caravanes transportant d’énormes quantités de marchandises sont passées par là. Par cette route se sont diffusées les réalisations culturelles et économiques des civilisations anciennes. Les pèlerins bouddhistes se dirigeant vers les mausolées, ont longé les ruines gigantesques d’anciennes forteresses.

Ethnologiquement et culturellement les Pamiris sont considérés comme les descendants d’anciennes tribus iraniennes. Maintenant encore, les Pamiris emploient des langues est-iraniennes anciennes qui étaient utilisées dans de gigantesques territoires de l’Asie Centrale : Sakian, Khorezmi (Khwarezm), Sogdiane et Bactriane. Les langues Pamiris se composent des dialectes Shugnani-Rushani, Yazgulyami, Ishkashimi, Vakhi et Munji. Toutes les langues Pamiris sont uniquement orales ; la langue Tadjik est utilisée pour l’écriture. Il est universellement reconnu que les langues tadjiks ont gardé leurs tournures, typiques de l’ancien iranien, à cause de leur isolement par rapport au reste du monde. Par rapport à d’autres langues du groupe iranien elles ont été moins exposées aux changements.

200 000 habitants peuplent le territoire du GBAO. Parmi eux il y a des Kirghiz (venus dans l’est du Pamir aux 17ème et 18ème siècles), et qui habitent principalement dans le district de Murghab. Les Tadjiks sont de religion Ismaélienne, qui appartient à la branche chiite de l’Islam. Les Tadjiks de Vanj, Yazgulam et Darvaz, ainsi que les  Kirghiz de Murghab sont des musulmans sunnites. Le fondateur de l’Ismaélisme au Pamir est le philosophe classique de la littérature  Tadjiko-Persanne Sho Nosiri Khisraw.

L’un des joyaux important de la culture Pamiri est la maison traditionnelle Pamiri - « Chid ». La « Chid » est considéré comme un lieu sacré et comme un symbole de la pureté de l’univers par tout Pamiri Ismaélien. Chaque élément ainsi que le plan ont un sens religieux et philosophique combinant des traditions philosophiques Arian anciennes et des traditions religieuses contemporaines.

 « Traveller’s cave » est le seul monument géologique du Pamir, et se situe dans la gorge de Salyk-Tash, aux abords du lac Rankul dans le district de Murghab. Selon une légende, quand les chinois quittèrent l’est du Pamir, ils cachèrent tous leur or dans cette grotte. Jusqu’à maintenant les populations Kirghiz locales interdisent à leurs enfants de s’approcher de la grotte, leur faisant craindre les chinois supposés vivre là.

 Un autre monument inexploré, est une grotte du village de Zong, à 105 km d’Ishkashim, en direction de Langar. Les populations locales nomment la grotte « Tirbor » (porte supérieure). Au fond de la grotte, toutes les lampes électriques s’éteignent. Selon une légende, une autre issue de la grotte se trouve en Afghanistan.

 D’antiques pétroglyphes, dessins peints sur les rochers, trouvés dans l’est du Pamir, sont les plus anciens d’Asie centrale. Dans la grotte de la mine, un homme est déguisé en oiseau et les animaux sont peints en deux tons : sanglier, ours et taureau. Les dessins d’animaux atteignent 85cm. Par leur sujet et leur style (sur l’un des dessins un animal est transpercé de flèches) ces dessins rappellent le paléolithique, mais quelques éléments, et les circonstances de leur découverte, poussent à les dater du mésolithique.

 Parmi les curiosités naturelles du Pamir, il y a la chute d’eau de Matraum dans le district de Vanj. La branche gauche de la rivière Yazgulam, nommée Matraundara tombe d’une hauteur de 35-40 mètres. La chute d’eau de Ovchug dans le district de Kalaikhumb  n’est pas très puissante. Mais se déversant d’une hauteur de 70 mètres en de multiples petites cascades, cette chute d’eau est célèbre pour son côté pittoresque.

 Le jardin botanique du Pamir est une jolie curiosité naturelle crée par le professeur Gurskiy. Plus de vingt mille plantes de toutes les parties du monde sont rassemblées dans ce jardin. Le professeur et sa femme arrivèrent dans le Pamir en 1940. Leur premier domicile fut une tente, posée sur un endroit plat aux limites de la ville. Il y avait une source près de la tente qui irriguait de petits champs de luzerne et de blé cultivés par son épouse. Le professeur acheta un cheval, laboura et commença à planter pommiers,  vigne, oignons, pommes de terre, choux, commençant ainsi le monument, œuvre d’un seul homme - le jardin botanique.

 Si vous aimez plonger dans un monde de puzzles, marcher le long des chemins des mondes antiques et savourer le charme inimitable de la nature, alors bienvenue au Pamir - royaume des merveilleux paysages et des contrastes géographiques et historiques inédits.

 

© 2010-2016. Sarez Travel Web master: Saidmamad Gulomshoev Developed by Promotion